Archives départementales de l'Indre

Accueil > Découvertes > Des personnages... > Portraits d'indriennes > Raymonde Jabouille (1922-2018)

Découvertes

Raymonde Jabouille (1922-2018)

Raymonde Jabouille

Née le 18 mai 1922 à Issoudun, domiciliée chez sa mère, route de Vierzon, quartier Saint Denis, Raymonde fait partie de la section d’Issoudun des Jeunes Filles de France et en est secrétaire - Jeunesses communistes rattachées au Parti communiste -.

 

Elle est arrêtée le 17 janvier 1941 par la police de Châteauroux dans la rafle visant les responsables du Parti communiste dont Marcel Lemoine et Marchadier mais aussi tous les secrétaires de sections. La maison de sa mère est perquisitionnée ainsi que celle de son grand-père prêt à tout pour sa petite-fille. Raymonde est internée quatre mois à la prison de Châteauroux, rue Paul-Louis Courier, et subit des interrogatoires.

 

Elle est ensuite dirigée le 16 mai 1941 sur la prison de Clermont-Ferrand avec les détenus de droit commun. Elle gardera un sombre souvenir de cette détention, les conditions étant très dures.

 

Son internement au camp de Rieucros en Lozère est prévu. Finalement, Raymonde est libérée par non-lieu, ayant la chance de tomber sur un colonel à la retraite rappelé d’urgence pour juger. Sortie de prison, Raymonde continue à faire œuvre de résistance en aidant les jeunes fuyant le STO : hébergement, nourriture…

Elle participe aussi à la cache d’enfants juifs faisant de nombreux déplacements pour aller les chercher dans des villes ou des gares, assurant leur survie et leur procurant des cartes d’identité. Son frère, arrêté en 1943, fera de la prison à Châteauroux et Bergerac, ira en camp de chantier de jeunesse, puis parviendra à rejoindre les maquis de Corrèze. Raymonde sera toujours présente à la cérémonie de la Déportation et reste un exemple de cette Résistance civile, les combattantes et combattants de l’ombre, qui ont contribué à la même hauteur que la Résistance armée à la libération du territoire.

 

Le 8 mars 2014, à Issoudun, à l’occasion de la Journée internationale des Droits des Femmes, ont été remis à Raymonde Jabouille, les insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite, en qualité de résistante et ancienne internée politique durant la Seconde guerre mondiale.

 

(Dossier préparé par Valérie Durand, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité entre les femmes et les hommes / DDCSPP).

 


Espace personnel