Archives départementales de l'Indre

Accueil > Découvertes > De l'insolite... > Les pérégrinations de la famille Poulet, de l'Indre en Argentine

Découvertes

Les pérégrinations de la famille Poulet, de l'Indre en Argentine

16b-FRAD036_99_J_172_053.jpg

Georges Poulet, né le 31 octobre 1848, à Paris, est ingénieur des ponts et chaussées. En 1875, il épouse Marie Raveton, fille de Frédéric Philippe Raveton, avocat à la cour d’appel de Paris issu d’une famille indrienne ayant des possessions à Parnac, village à l’extrême sud du département. Ainsi, Parnac devient un lieu de villégiature pour la famille Poulet qui développe progressivement sa propriété, le domaine du Fay.
Leurs biens se composent principalement d’un ancien relais de poste comportant une maison de maître avec porche donnant sur une cour entourée de dépendances, d’un logis et pavillon, et de la chapelle Notre-Dame du Fay, le tout encerclé d’exploitations agricoles. C’est dans ce cadre champêtre que la famille Poulet  s’établit. De l’union de Georges et Marie Poulet sont issus Claire, Charlotte, Geneviève et Joseph. Les membres de cette famille participent activement à la vie sociale de Parnac : Joseph sera maire et Charlotte enseignera le catéchisme aux enfants du village.
De par sa fonction d’ingénieur des ponts et chaussées, Georges Poulet poursuit sa route « transatlantique » jusqu’en Argentine, où il emmène toute sa petite famille, de 1889 à 1897. Pionnier dans l’exploitation des chemins de fer en Argentine, il devient directeur des Compagnies Françaises des Chemins de Fer Argentins et de la Province de Santa Fe. C’est à cette occasion que les photographies illustrant l’exposition virtuelle ci-dessous ont été réalisées.
Ce témoignage photographique (extrait du fonds Poulet, 99 J) est important puisqu’il présente les premiers tracés et constructions des lignes de trains au milieu de la pampa argentine à la fin du XIXe siècle. Ces 43 clichés montrent également la famille Poulet s’acclimatant aux vicissitudes de cette région exotique, bien loin de Parnac, au milieu des plaines et des gauchos, où ici et là s’érigent les maisons rudimentaires des colons. Enfin, des événements liés à l’installation des chemins de fer ont été photographiés, tels que l’inauguration du pont du Salado de la Compagnie française, à Santa Fe, le 15 juin 1894, ou encore, deux mois plus tard, le déraillement du train n°5 de la Compagnie française, causé par un tramway, entraînant la mort de plusieurs passagers, le 13 août 1894.
À la suite de cette aventure en Amérique du Sud, les Poulet « expatriés » reviennent en France, où Georges est également directeur de la Compagnie des Chemins de fer du Sud de la France.

(Déplier le volet gauche de la visionneuse pour accéder à la description des images)

1-FRAD036_99_J_172_058.jpg2-FRAD036_99_J_172_059.jpg4-FRAD036_99_J_172_061.jpg5-FRAD036_99_J_171_001.jpg6-FRAD036_99_J_238_003.jpg7-FRAD036_99_J_240_005.jpg8-FRAD036_99_J_240_001.jpg9-FRAD036_99_J_172_048.jpg10-FRAD036_99_J_238_004.jpg11-FRAD036_99_J_240_002.jpg12-FRAD036_99_J_172_049.jpg13-FRAD036_99_J_238_001.jpg14-FRAD036_99_J_240_006.jpg15-FRAD036_99_J_172_052.jpg16-FRAD036_99_J_172_053.jpg17-FRAD036_99_J_172_056.jpg18-FRAD036_99_J_240_003.jpg19-FRAD036_99_J_172_038.jpg20-FRAD036_99_J_172_055.jpg21-FRAD036_99_J_172_054.jpg22-FRAD036_99_J_172_036.jpg23-FRAD036_99_J_172_037.jpg24-FRAD036_99_J_173_034.jpg25-FRAD036_99_J_236_002.jpg26-FRAD036_99_J_172_043.jpg27-FRAD036_99_J_234_003.jpg28-FRAD036_99_J_172_039.jpg29-FRAD036_99_J_172_040.jpg30-FRAD036_99_J_173_033.jpg31-FRAD036_99_J_172_042.jpg32-FRAD036_99_J_234_002.jpg33-FRAD036_99_J_173_037.jpg34-FRAD036_99_J_173_036.jpg35-FRAD036_99_J_173_038.jpg36-FRAD036_99_J_236_010.jpg37-FRAD036_99_J_172_057.jpg38-FRAD036_99_J_238_002.jpg39-FRAD036_99_J_236_001.jpg40-FRAD036_99_J_239_001.jpg41-FRAD036_99_J_236_007.jpg42-FRAD036_99_J_172_044.jpg43-FRAD036_99_J_172_050.jpg44-FRAD036_99_J_172_051.jpg

Espace personnel