Archives départementales de l'Indre

Accueil > Vos recherches > Guide du chercheur > Archives anciennes (antérieures à 1790) > Série H - Clergé régulier > Ordres religieux masculins > Abbaye cistercienne Notre-Dame de la Prée

Vos recherches

Abbaye cistercienne Notre-Dame de la Prée

1181-1790

H 346-449


On ne connaît pas la date exacte de la fondation de cette abbaye cistercienne, située sur le territoire de la commune actuelle de Segry, que l'on fait remonter soit à 1128, soit à 1145. Mais il est certain que c'est saint Bernard qui envoya quelques-uns de ses moines de Clairvaux s'établir sur les bords de l'Arnon, à la demande de Raoul II, seigneur d'Issoudun, Mareuil et Châteauneuf-sur-Cher. De nombreuses donations augmentèrent aux XIIe et XIIIe siècles le temporel de l'abbaye, composé de terres, de vignes, de prés et de bois, ainsi que de maisons dans les villes de Bourges, Issoudun et Châteauroux. Au XIIIe siècle, neuf granges, véritables domaines agricoles, dépendaient de l'abbaye. Les dégradations de la guerre de Cent Ans ruinèrent l'abbaye, qui se releva peu à peu en affermant de plus en plus ses terres au cours des siècles suivants. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la pratique de la commende lui fut appliquée et l'abbaye fut désormais dirigée par un prieur résidant. Au XVIIIe siècle, les biens et revenus de l'abbaye étaient encore importants et un noviciat y avait été créé. De l'abbaye du Moyen Âge subsiste une partie des bâtiments, dont la belle salle capitulaire; l'église a été démolie en 1818 ; les bâtiments construits ou restaurés aux XVIIe et XVIIIe siècles existent encore.

La plus grande partie de ce fonds important est constitué de titres concernant le temporel de l'abbaye : donations de terres et de biens, contestations concernant ces biens, gestion des divers domaines et granges, affermements des biens, et cela dès le XIIe siècle. Pour le XVIIIe siècle, il existe quelques documents, peu nombreux, concernant la vie spirituelle de l'abbaye ainsi que des inventaires des biens de l'abbaye fort intéressants pour son histoire à cette époique (H 437-449).


Espace personnel